À tous,

                Les Institutions étatiques et sportives ont pris la décision de lancer la saison sportive en espérant que la pandémie ne viendrait pas perturber celle-ci, force est de constater que ce n’est pas le cas. Nous sommes donc aujourd’hui dans l’obligation de stopper nos activités.

                Je comprends la frustration que chacun d’entre vous peut ressentir. En effet l’arrêt de la vie associative et des valeurs qu’elle véhicule, la sensation d’avoir honoré le prix de sa licence sans pouvoir pratiquer son sport, génèrent ce type de sentiment.

                Dans différents secteurs, certains adhérents commencent à demander des remboursements des réductions sur les cotisations versées. Je vais vous donner ma position par rapport à cette démarche, que je peux comprendre, mais pour laquelle il est préférable de connaître toute la problématique avant de se positionner.

                Le tarif de la licence est fixé par le conseil d’administration et validée lors de l’assemblée générale. Son calcul est réfléchi et est constitué de différentes parts financières. En effet nous reversons de l’argent à la fédération française de handball, à la ligue de handball des Pays de la Loire au comité départemental de handball et à l’AAEEC. Ensuite arrive la part club qui sert entre autres à payer l’affiliation, les engagements d’équipe, les arbitres, les formations, le matériel, les remboursements de frais kilométriques, …, et sans oublier surtout les employés du club. Nous nous démenons toute l’année pour générer des rentrées d’argent (animations, buvette, stages, partenariat ,… ) afin d’équilibrer le budget .Veuillez me croire que cet exercice est loin d’être facile et surtout actuellement .

                A ce jour pratiquer un remboursement, une réduction n’est pas envisageable pour notre structure car cette mesure mettrait grandement sa pérennité en cause. Aucun d’entre nous n’est responsable de cette situation mais chacun peut l’être des conséquences. Si les institutions du sport venaient à pratiquer des remboursements, des réductions, nous étudierons à nouveau le sujet pour pouvoir vous en faire profiter .

                Je souhaite grandement que cet arrêt ne soit que temporaire afin que vous puissiez profiter au maximum de votre licence, ceci ne sera possible que si chacun d’entre nous se protège et protège les autres en respectant les directives de l’état.

                Prenez soin de vous, et je reviendrai vers vous dès que j’aurai des informations importantes

Merci de votre compréhension.

Philippe Etournay,

Président